*** KERGUELEN ***

*** KERGUELEN ***

Enigme 153 – Emile Stavanger et son cercueil magique…

 

 

 

 

Réponse… Enigme 153 – Emile Stavanger et son cercueil magique…

 

 

 

     Eh bien aussi curieusement que cela paraisse, le mystère n’a jamais été complètement élucidé sur ce tour de magie extraordinaire inventé par Emile Stavanger.

 

     Dans ces années cinquante, deux scientifiques français, le Commandant Cousteau et l’Ingénieur Emile Gagnan, viennent de déposer un brevet qui fait sensation dans les milieux scientifiques et militaires. C’est la réalisation d’un détendeur qui permet à un plongeur sous-marin de respirer de l’air sous très haute pression et donc de vivre ainsi en autonomie totale sur le circuit fermé d’une bouteille d’air comprimé tenue en réserve contre lui. Stavanger a entendu parler de ce brevet et il va s’en servir ainsi pour réaliser un nouveau tour de magie, le plus extraordinaire que le monde n’ait encore jamais vu !

 

Ainsi est né ce fameux tour de magie où un volontaire est enfermé dans un cercueil, très étroit, où il n’y a que très peu de place pour se mettre et donc aussi pour respirer… Le cercueil est moulé à la forme d’un corps humain standard et capitonné comme un véritable cercueil. Un volontaire y reste enfermé une heure entière. Et pour prouver que ce cercueil est bien étanche, il est immergé entièrement dans de l’eau.

 

     Ce que personne ne sait, bien évidemment à l’époque, c’est que Stavanger utilise cet appareil détendeur Cousteau Gagnan. Une petite bouteille d’air comprimé est dissimulée dans le capitonnage du couvercle du cercueil. Ainsi le volontaire à la plongée car c’en est une véritablement, même si le sujet n’est pas dans l’eau mais, c’est  le cercueil qui l’est, lui… La bouteille munie de son détendeur Cousteau Gagnan permet juste une heure de respiration à un être humain normal. Stavanger devait expliquer et faire des essais avec les volontaires qui étaient toujours choisis par avance de manière justement à leur apprendre le maniement de cet appareil respiratoire de plongée. Il leur faisait signer également un moratoire de confidentialité et de non-poursuite en cas d’accident.

 

Une heure plus tard, on sort le cercueil de l’eau et, à sa ré ouverture, les volontaires apparaissaient toujours un peu déboussolé et groggy, mais bien vivants… Ceux-ci avaient toujours l’air de se demander un peu d’où ils revenaient… Mais il y a de quoi, car rester enfermés une heure entière dans un espace aussi réduit, qui plus est, un cercueil, avec ce seul appareil à air comprimé pour survivre sous l’eau (et inconnu à l’époque), il y avait de quoi se poser des questions et être troublé, non ?

 

Toujours est-il qu’au fur et à mesure où les tours se succèdent, les anciens volontaires meurent (pour plus de la moitié d'entre eux),  les uns après les autres. Ces morts sont curieuses, accidentelles, parfois des suicides, ou même suspectes, dira l’un des inspecteurs, chargé de l’enquête. Son assistante de toujours (qui fut aussi au moins à ses débuts la maîtresse de Stavanger) finit d’ailleurs par le quitter car elle pensa, à la suite de ces disparitions inquiétantes, que ce serait elle qui finirait aussi par mourir accidentellement ou bien perdre la raison à son tour.

L’enquête se poursuivit…

Trois ans plus tard, la police fédérale n’ayant toujours pas trouvé d’explication rationnelle à ces morts suspectes, fera cesser tout bonnement cette activité à Emile Stavanger.

 

C’est ainsi que s’arrêta l’hécatombe de morts inexpliqués et inexplicables, post-expérience au cercueil immergé d’Emile Stavanger. Exploitation pour le moins curieuse, du détendeur Cousteau-Gagnan.

 

     Des médecins et des scientifiques se penchèrent sur le cas de ce cercueil mystérieux.

Leur ultime conclusion, fût celle-ci :

« L’être humain ne peut pas, psychologiquement, être soumis à une telle expérience sans y subir un ou des traumatismes irréversibles de personnalité ».

 

C’est ainsi que plusieurs d’entre eux mirent fin à leurs jours sans aucune explication, ni raison apparente, d’après leurs proches. D’autres devenaient si perturbés qu’ils sombraient dans la folie, l’alcool ou bien perdaient la réalité de leur environnement…jusqu’à l’accident.

Ce qui fait que le mystère demeure en partie sur ce tour de magie extraordinaire d’Emile Stavanger et de son cercueil magique. Mais aujourd’hui, on connaît mieux aussi les effets de la narcose et de la saturation d’un organisme soumis à la plongée.

Connaissances que l’on n’avait pas encore à cette époque d'après guerre !

 

 

 

Retourner au site principal - page jeux et énigmes...

 






07/05/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres